Projet de déversement de sol de dragage sur la Grande Barrière de Corail approuvé. L'Australie s'en soucie-t-elle?

Projet de déversement de sol de dragage sur la Grande Barrière de Corail approuvé. L'Australie s'en soucie-t-elle?

Les nouvelles sont venues par ici en Australie que la Great Barrier Marine Park Authority (GBRMPA) a approuvé une proposition de déversement des déblais de dragage du terminal houillère d'Abbot Point dans le récif.

Afin de créer un port charbonnier de plusieurs milliards de dollars à Abbot Point - le plus grand du monde - l’autorité qui prévaut sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO vient de donner le feu vert pour aller de l’avant avec le plan. Le dragage est nécessaire pour permettre aux grands navires d'accéder au port.

Le président de l'Autorité, le Dr Russell Reichelt, a proclamé:

Abbot Point est mieux placé que les autres ports le long de la côte de la Grande Barrière de Corail pour entreprendre une expansion, car le dragage de capital et d'entretien requis sera nettement inférieur à ce qui serait nécessaire dans d'autres zones.

Un «must» pour un «développement national vital»?

Depuis le début du mois de janvier de cette année, 233 scientifiques ont signé une pétition au GBRMPA insistant sur le fait qu'ils rejettent le plan. Les groupes environnementaux se sont également ralliés à cette décision.

«Ce feu vert pour le déversement est un coup de plus pour le récif, qui menace davantage la vie marine, son statut de patrimoine mondial et les industries du tourisme et de la pêche en Australie», a déclaré Louise Matthiesson, chargée de campagne de Greenpeace Reef.

Le récif fait face à un avenir fragile en raison du changement climatique, d'une surpopulation d'étoiles de mer et de la pollution d'origine terrestre. Il semble que les groupes environnementaux en ont déjà assez dans leur assiette. L'année dernière, l'UNESCO a averti que le récif pourrait figurer en bonne place sur la liste du patrimoine mondial des sites en danger, à moins que des mesures ne soient prises pour le protéger.

Je suis allé sur la promenade de Bondi Beach à Sydney, en Australie, pour m'enregistrer avec les habitants.

Que pensez-vous de l'autorisation de déverser de la terre de dragage dans la zone du parc marin de la Grande Barrière de Corail?

    «Cela me fait honte d'être australien.» ~ Alexandrea, 28 ans, de Canberra

    "Je n'en sais rien." ~ Timothy, 45 ans, de Sydney

    «Quelle est la prochaine étape pour ce gouvernement? Ils le perdent. » ~ Jonathan, 31 ans, de Newcastle

    «Ouais, j'ai aussi entendu dire qu'ils effectuaient un abattage massif de requins en Australie occidentale.» ~ Jezza, 19 ans, de Sydney

    "Ce n'est pas mon problème, tu veux venir faire du surf?" ~ Christian, 29 ans, de Melbourne

La majorité des Australiens à qui j'ai parlé ne savaient rien du vote ni de l'approbation.

Il semble pleuvoir de l'ignorance ici à Sydney aujourd'hui. Avec la nouvelle de l'énorme chapeau des Grammys de Pharrell William qui domine la conversation, une discussion sur une menace pour la Grande Barrière de Corail a été encadrée dans un coin, intitulée "Désolé, c'est trop lourd, mon frère!"


Voir la vidéo: Des bébés coraux pour sauver la Grande Barrière